« Claude Seignolle, le réenchanteur | Accueil | François Bouquet : « Les « 3 D » de la gauche : déni, délit, délire ! » »

17/07/2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean-louis voisin (f. valloire)

Une excellente initiative, même pour un provincial.

jlv

Jackeroual

Avant guerre, librairie de Georges Valois et juste à côté ancienne librairie José Corti qui avait commencé au 3 rue de Clichy.
La boucle est bouclée ;-)

lansquenet

Et vente en ligne ?


" La mort de la Mort est elle une dose de fétichisation de la marchandise ultime pour gogochon ?
Où un pharmakon pour Capital. Là est la question. " Feric Jaggar

Michel

Pour Georges : En souvenir d'un joli exposé sur Vincenot à la maison des ELFES , et d'une Leffe avant de partir ...

nestor barth

l'ouverture de cette librairie est tres courageux et utile, necessaire et attendu. felicitations
J'ai écrit plusieurs romans d'aventures, à connotation droitière toutefois. je n'ai pas cherché jusqu'à, présent l'édtion mais pourriez vous me conseiller l'équipe éditrice la plus appropriée ?
merci. J'habite cannes et ne viens que rarement a Paris
malheureusement.

Marine Boyer

Enfin un but dans ce quartier Latin bouffé par les Vuitton et autres Armani ! Merci pour votre courageuse existence
Marine

Jean Mosco

Avec la publication ce jour de son ''Histoire de la sexualité IV, Les aveux de la chair'', Michel Foucault revient en force, grâce à Gallimard, dans une attaque massive et sans limites contre les sacrements catholiques, fondements du christianisme, s'inscrivant dans ce que François Bousquet pourrait commenter par > (référence aux évènements du 31 décembre 2015). Ne pouvant plus attaquer le christianisme par le thème éculé de la répression sexuelle par le sacrement de confession, M.F. l'attaque par l'autre bout, i.e. la recherche par la confession du fidèle de ses pensées, de ses paroles et de ses actes sexuels. Pour faire court, le christianisme en aurait donc plutôt fait la promotion de la connaissance de soi par le sexe. Je me demande ce qu'en dirait Aristote ou Plotin.
Comme le disait un libre penseur de la Nouvelle Librairie: >

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Blog-180
free counters