« Alain de Benoist : « Et si l’on laissait les Catalans décider par eux-mêmes ? » | Accueil | TV Libertés : La Semaine Politique avec François Bousquet »

12/10/2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

le yéti devenu cyborg

Idéalisme n'est pas forcément romantisme, oui plutôt un oxymore :

Léon Degrelle:
https://www.youtube.com/watch?v=47JRajorwAI

Il y a un petit texte en ligne de Carl Schmitt sur le romantisme politique décrivant sa passivité. Au romantique on peut appliquer la formule de Nietzsche

"Le fanatisme est la seule forme de volonté qui puisse être insufflée aux faibles et aux timides."

C'est cette volonté instillée au romantique, mais le médecin, Mussolini avait cette formule :

"Le fascisme, c'est toutes les Églises et leurs hérétiques"

C'est à dire un pragmatisme, mais basée sur une conviction irrationnelle 'supra-rationnelle'. Qui n'est de plus pas tourné vers le passé. Hitler disait que le nazisme n'était pas un mythe, mais une modernité absolue (contre le titre de Rosenberg)

Mais c'est l’absence de vision téléologique de la modernité décadente, l'immédiateté du branlettisme dans l'auge consumérisme crétinisant, qui ouvre l'autoroute à l'Idée. Seulement celle ci ne sera pas du Passé, à ce dernier elle de prendra que la Volonté de Puissance immanente à l'humain. L'hoplite de la Nouvelle Sparte sera un cyborg immortel.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Blog-180
free counters