« La diabolisation continue ! - éléments n°144 | Accueil | Main basse sur la mémoire, les pièges de la loi Gayssot »

25/09/2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

yves branca

Excellent! et écrit d'une belle plume. Compliments.
Yves Branca

Marc

J'ai trouvé le dossier du Nouvel Obs médiocre - je l'ai lu sans l'avoir acheté - et entaché des volontaires erreurs grossières. Rien de nouveau sous le soleil...
Vous avez bien répondu, cher Pascal Eysseric.

Philippe Muray, à propos duquel François Bousquet prend effectivement ses distances, n'a pas toujours été critiqué dans la revue Elements...et c'est très bien ainsi ! Comme l'écrivait un jour Michel Marmin, Eléments est "une fédération de sensibilités et on y lit des points de vue éventuellement contradictoires".
Le contraire de la pensée unique.

D

"Oh My Gosh" comme dirait une desperate housewife de Wisteria Lane.

Je viens d'apprendre, grâce à la vigilance d'un ami bien informé, non pas que Mike a fait une partie à trois avec Lynette et Bree pendant mon séminaire d'orthodontie, mais qu'il m'arrive de publier des chroniques polars dans une revue de "néo-fachos" !

Fichtre. (Je me disais bien aussi : cette croix bizarre sur le dernier numéro, ça me rappelait quelque chose de mes cours d'Histoire de terminale).

Remontons le doigt accusateur pour identifier la source de ce scoop qui, à n'en pas douter, va faire trembler les fondations même de tout ce que je croyais savoir sur la revue éléments en questions. Un dossier du Nouvel Observateur. Pas moins de dix pages de révélations qu'on imagine hallucinantes et pour lesquelles le courageux journaliste aura sans doute réalisé une dangereuse enquête de terrain de plusieurs mois (en apnée évidemment, pour éviter les effluves funestes) dans ces milieux interlopes de la nouvelle extrême-droite française.

Tremblant et fébrile, je feuillette les pages virtuelles de la copie numérique du numéro en question du Nouvel Observateur. Une question me taraude : suis-je encore récupérable ? Ma mère va-t-elle me renier ? Les voies de la rédemption me sont-elles ouvertes si je m'encarte dans la quinzaine au Parti Socialiste ?

Mouhahaha.Trois minutes trente plus tard (lecture du "dossier" montre en main), je retourne à la couverture de l'hebdomadaire pour vérifier que le numéro d'avril ne serait pas en avance de quelques mois. Que ce dossier ne serait pas un poisson douteux vite bâclé par un stagiaire un peu lent à qui on aurait voulu faire plaisir parce qu'il est le neveu du rédac'chef. Mais, non. C'est du sérieux ! Mouhahaha. Sans crainte du ridicule, le plumitif peu aidé n'hésite pas à formuler un aveu douloureux : éléments ferait dans la récupération de "grands intellos". Mouhahaha (ma femme va finir par croire que j'ai glissé dans le Nouvel Observateur un recueil de blagues belges). Il y a quelque chose de touchant pourtant dans cette pointe de jalousie à peine voilée. Forcément, la comparaison d'un seul des dossiers de la revue éléments avec ces quelques pages risibles est sans appel. Aussi bien sur la qualité du style, la profondeur de l'argumentation, la richesse des références, le nombre des idées déployées. On comprend mieux l'emploi du terme péjoratif "intello". Il faut à tout prix tenter de décrédibiliser le miroir impitoyable de sa propre faillite en tant que soi-disant journaliste, de sa propre médiocrité en tant que simple rédacteur.

Il faut avoir un sacré culot et un humour vachard pour faire croire au lecteur potentiel que quelques milliers de signes ouvert par une page de garde affichant une faute d'orthographe en pleine écran, comportant une page complète de pub, une double page d'infographie, une double page de "lexique" issue de copié-collés du Net et se terminant sur une nouvelle demie-page de réclame peuvent constituer un "dossier" (sic).

Il n'y a pas plus d'informations dans ce papier que d'esprit critique, ni même de polémique. On aurait bien aimé lire un peu de méchanceté, mais ce sentiment est trop authentique, trop marqué pour le pantin aux manettes qui se contente de cirer avec une application bornée les pompes du gouvernement en place. La méchanceté aurait nécessité un peu de talent, terra incognita chez le médiocre qui a pondu ce petit texte sans relief tout droit sorti du service de communication d'une mairie PS de province.

Deux page et demie de remplissage par le texte. Sept pages et demie de remplissage par le vide colorisé de la mise en page. Dix pages de néant, révélatrices de la tartufferie sans fin d'une époque où la vulgarité n'a pas d'autre égale que la bêtise.

Dans son dossier à destination des services presse de Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls, le Nouvel Observateur a oublié de dénoncé un autre "néo-facho" : l'idiot du village qui a pondu le dossier. Ses raccourcis rapides et fallacieux, son allégeance aveugle à un courant de pensée défini et son absence totale de réflexion forment en effet un parfait exemple de système tendant à la totalité. Autrement dit au totalitarisme.

Ah, bienheureux les imbéciles, car le Royaume des Cieux leur est ouvert.

Nicolas Plagne

Jean-Claude Michéa est certainement plus digne d'être lu que "Le Nouvel Obs.", news mag' idiot sur mauvais papier à encre qui tache les doigts, bas de gamme intellectuel et matériel que les médecins ne veulent même pas dans leurs salles d'attente ... A ce que m'a dit un sociologue, la qualité de fabrication tient à une stratégie marketing et à un calcul économique d'entreprise : on vise un public qui veut "son" magazine idiot mais ne veut pas ou ne peut pas se payer le prêt-à-penser de "L'EXpress" ou du "Point", eux destinés aux bourgeois qui veulent avoir l'air de réfléchir aux "grands débats" de "l'Actualité", mais n'ont pas le temps d'ouvrir un livre sérieux demandant un peu de concentration, un désir de vérité et une réelle ouverture d'esprit. Mais sur ce qu'est le monde de la presse, tout a été dit depuis sa mise en place par des observateurs pénétrants: Balzac, Flaubert, Maupassant, Péguy, Karl Kraus. Des grincheux élitistes, je suppose. Peut-être même, qui sait? des proto-"fachos".

Raphaël Juan

Un peu bizarre d'opposer le football et Jean-Claude Michéa, un grand amateur de football et même entraineur je crois, qui a écrit "les intellectuels et le ballon rond" où il dénonce précisément le mépris avec lequel vous traitez le football.

Raphaël Juan

Gilles

Bonjour. Vous invalidez d'office votre réponse à l'article du Nouvel Observateur en commençant par une attaque ad hominen. Quant bien même Renaud Dély n'aurait écrit là qu'un article discutable, il y a tout de même des questions de fond sur que l'on est en droit de se poser sur le positionnement idéologique de la ND et sur les amitiés politiques de nombre de ses membres.
Plus loin vous devenez carrément malhonnête en citant par exemple Caillé dont on peut trouver sur la Toile une réponse claire et nette aux prétendues affinités intellectuelles entre le MAUSS et la ND.

Gilles

Qui ne dit mots consent ... Les liens de personnes et les liens idéologiques avec plusieurs chapelles d'extrême-droite sont trop évidentes pour pouvoir les nier.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Blog-178
free counters